15/05/2015

Certains combats sont inutiles

Certains combats sont inutiles car perdus d'avance. Celui d'un enfant se démenant pour sortir sa mère de son mal-être en est un. Perdu car on ne peut pas sauver l'autre. On peut le soutenir dans sa démarche pour aller mieux mais si celui (ou celle) qui souffre ne "veut " pas guérir, il n'y a rien à faire. Personne n'a ce pouvoir. Un gamin encore moins. Je lisais récemment un article sur les enfants sauveurs, enfants béquilles, quand l'enfant devient le thérapeute de ses parents. Très instructif. Puisque rien ni personne ne peut sauver le souffrant sauf lui-même, c'est mission impossible. On va droit dans le mur, échec assuré. L'enfant, lui, n'a pas la maturité, le recul nécessaire pour le comprendre, en avoir conscience. L'enfant devenu adulte n'aura de cesse de mener à bien la mission dont il s'est senti investi, reproduisant continuellement le schéma familial par le biais de ses rencontres. Amoureuses en l'occurrence. Là aussi, encore et encore, ce sera mission impossible. Triste constat d'échec. Incompréhension.

La première étape est d'en prendre conscience, de réaliser qu'on est dans cette mécanique de l'impossible. On pense alors naïvement que le problème est réglé, qu'on en est débarrassé, que c'est de l'histoire ancienne, qu'on va pouvoir aller vers un mieux... On avance le coeur léger, on profite de ce bonheur, la vie est belle, le soleil brille, les oiseaux chantent... Puis survient cette piqûre de rappel! Oh merde! non! ça recommence! Eh oui, mon gars, c'est à nouveau le même scénario qui se déroule.

Remise en question (encore), prise de conscience (encore), questionnements (encore), incompréhension (encore).

Deuxième étape. A quoi n'ai-je pas renoncé? Je deviens quoi, moi, si je renonce? Que pourrait-il m'arriver si je renonçais? Mercredi matin, je me surprends à dire: "J'aurais l'impression d'abandonner le combat." Ma thérapeute me l'avait dit, il y a quelques semaines: "Vous ne cherchez pas (plus?) à sauver l'autre, vous voulez vous sauver vous-même." Je chercherais donc à accomplir cette foutue mission qu'inconsciemment je me suis attribué. Je ne le ferais pas pour l'autre, mais pour moi. Car ce constat d'échec est insupportable. Je veux y arriver, je dois y arriver! Ben non, laisse tomber.

-Pas facile d'abandonner.

-Certains combats sont inutiles. Perdus d'avance, on te dit.

14/05/2015

Après

"Chérissez l'amour, Marcus. Faites-en votre plus belle conquête, votre seule ambition. Après les hommes, il y aura d'autres hommes. Après les livres, il y a d'autres livres. Après la gloire, il y a d'autres gloires. Après l'argent il y a encore de l'argent. Mais après l'amour, Marcus, après l'amour, il n'y a plus que le sel des larmes."

Joël Dicker in "La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert"