27/08/2013

Robe rouge, cheveux noirs

Elle est assise en face de moi, de l'autre côté de la table. Une grande table, carrée, faite pour dix ou douze. Je suis installé à côté de mon vieux copain P. On fait les cons, on rigole. On se raconte des trucs idiots, sans d'autre intérêt que de se faire rire. De temps en temps je lève les yeux, je la regarde, je l'observe. Sans pour autant avoir mauvaise mine, elle a l'air triste, fatigué. Elle parle avec ses voisins, leur conversation semble bien plus sérieuse que la nôtre. Plus adulte, probablement. Elle est jeune et belle, fraîche, élégante. Bien que discrète, elle dégage quelque chose de particulier, elle attire l'attention. Elle impose son charme, son sourire, ses yeux noirs, grands, pleins de vie. Par moment, je sens son regard se poser sur moi. Un regard plein de questions, intrigué, curieux. Elle se soustrait quelques secondes à sa discussion pour y replonger aussitôt. Tout à coup, son rire explose, remplit la pièce comme une bouffée d'oxygène, son sourire est un rayon de soleil un dimanche d'automne. Je souris. Assise en face de moi, elle est là, robe rouge, cheveux noirs.

 

J'ai écrit ce petit texte il y a dix ans. Je l'avais complètement oublié, je suis tombé dessus en rangeant le grenier. Pour moi qui adore ça, c'est l'occasion rêvée de faire un petit bilan!

Dix ans plus tard, je constate que ce sont toujours les mêmes choses qui m'attirent chez les filles (belle constance!):

le charisme, la joliesse et le charme plutôt que la beauté pure et froide, les cheveux foncés, la spontanéité, le mystère, la discrétion, les yeux expressifs, le sourire, le rire, la douceur, la finesse, être sur une scène...

Ce qui est intéressant c'est qu'il est déjà question de lumière et d'oxygène. On dit souvent que ce qui nous attire chez l'autre est ce qui nous fait défaut. J'étais très noir à l'époque et je l'assumais. Aujourd'hui la noirceur me colle encore aux basques et j'ai l'impression de manquer d'air depuis quelques jours... A méditer. Ou pas. Ca me paraît clair.

 

Les commentaires sont fermés.